samedi 18 février 2017

Réponse à commentaire

Un commentaire à l'article du 5 février dernier "Mise en échec de la matrice mentale collective", a été posté ce jour, 18 février, par un visiteur du blog. Voici ce commentaire:

Bonsoir ou bonjour cher Eléazar, vu que le temps n'existe plus avec internet (qu'est-ce-que le temps?) Beaucoup d'enveloppes charnelles (de bons soldats) se demandent "qui êtes vous réellement? par simple honnêteté intellectuelle" Ce n'est pas une question de ma part car j'en connais la réponse, sachez le. Je pense que la résolution de cette simple interrogation, permettrait de faire comprendre, aux personnes engagées avec nous, de détruire une frontière qui mènera vers la raison. J'ai lu et étudié chacun de vos écrits mais il est fort possible, que la croyance en vous, devienne faillible par d'autre résistants ou par la fatalité. En effet, l'Homme vit avec des gènes qui le propulsent à douter, surtout si l'amour n'est plus. Seriez vous capables, mêmes en brouillant les pistes, de leur en dire plus, de vous dévoiler (mieux que dans votre ouvrage par exemple)? Je ne réagi pas par hasard, je le fais simplement avant qu'il ne soit trop tard (en urgence). Je sens de l'impatience autour de moi et je n'ai pas à révéler ce dont je ne suis pas destiné de faire. En tout cas, merci à tous, croyez en vous et en l'amour de chacun. Un jour viendra.

Fab

La réponse à ce commentaire étant trop longue pour être publiée en statut "commentaire" (champ limité à 4096 caractères non-accentués), il a été décidé d'en faire une lettre ouverte.
La voici.


dimanche 5 février 2017

Mise en échec de la matrice mentale collective

Cette action qui a eu lieu début janvier dernier est un processus essentiel du phénomène que nous avons eu l'habitude d'appeler le "basculement", devant marquer l'arrêt définitif du système actuel, faisant son échec comme un moteur qui calerait par un ensemble de forces le contraignant à l'arrêt. Ayant récupéré les clefs du véhicule, ce dernier ne sera donc jamais remis en marche. Il sera démantelé petit-à-petit pour définitivement disparaître à terme, à la vue même de tous ceux qui auront vécu par lui, avec lui et en lui.

Le processus du basculement est à l’œuvre depuis septembre 2016. Il doit aller en crescendo et doit prendre au total entre 6 et 10 mois, maintenant que sont consolidées les différentes probabilités d'actions des uns et des autres, et des possibilités de réactions de l'Ennemi par rapport à l'avancée de ce qui est en train de le détruire.