samedi 17 août 2013

A quoi sert encore l'Armée?

"Celui qui est capable de marcher au pas derrière une musique
n'a pas besoin d'un cerveau, une moelle épinière lui suffit
."
Albert Einstein, 1879-1955
Voilà une question ouverte qui a le mérite d'être posée par les temps qui courent. Nous avons eu encore très récemment maille à partir avec des alliances militaires internationales visant une tentative de remontée des fonds océaniques dans le Pacifique par manipulation de l’activité sismique, mettant en réseau des manœuvres militaires donc, essentiellement américaines (c'est normal ils sont toujours dans les mauvais coups), et françaises (c'est normal, ce qui sert de Président de la République à ce pauvre pays a été mis en place par les Etats-Unis. Nous rappelons à toutes fins utiles que les résultats des votes électoraux présidentiels sont transmis aux Etats-Unis et dépouillés par une société de communication privée dans l'Etat du Delaware - Level 3 Communication, et dont l'invérifiable résultat et ensuite transmis par leurs soins à Paris au Ministère de l'Intérieur pour exécution de l'investiture en rapport - Cf notre article du 20 mai 2012).

dimanche 4 août 2013

Relations diplomatiques avec les règnes de la Nature

Hopetoun falls - Australie
La plupart des gens appartenant à une civilisation de type occidental fortement orientée vers la suprématie mentale, la consommation effrénée, et donc naturellement aussi l'appât du gain, voient en la nature un décor, généralement joli, personnellement agréable aussi parfois, dont on peut profiter à loisir, un "environnement" (c'est son terme officiel), au mieux, un milieu dont il est indubitable que d'une façon ou d'une autre nous soyons (encore) dépendants. A cet égard, l'obsession de la civilisation humaine actuelle, la civilisation économiquement dominante du moins, donc dominante tout court puisque l'argent est le seul référentiel officiel, est de parvenir à s'extraire de ses lois, se mettant le plus possible en marge des lois naturelles, y investissant des efforts scientifiques et logistiques considérables afin de couper définitivement les ponts entre la nature humaine et la nature tout court, au moyens de palliatifs informatiques, cybernétique, et bien sûr génétiques, du moins pour l'essentiel d'entre eux.