vendredi 27 janvier 2012

Un léger recul s'amorce, le signe des Temps!

Il y a des phénomènes particulièrement étranges dont s'empare la conscience mentale afin de lui donner une interprétation plausible, alors que les lois mathématiques, notamment celle des probabilités, défient quasiment à tous les coups l'apparente et hasardeuse banalité de la chose. Parmi ces phénomènes, celui qui me parle le plus est celui de la coïncidence. Il est amusant de constater combien ce terme est interprété en tant que synonyme de pur hasard alors que sa sémantique fait clairement état de deux situations ou davantage qui... coïncident parfaitement. Comme si le fait de remonter une fermeture éclair faisait se rejoindre les deux bords du vêtement, le relief de l'un coïncidant parfaitement avec le relief de l'autre... par l'effet du plus pur hasard! Etonnant non?
L'OCTP ne se lance pas, à la faveur de 2012, dans l'étude appliquée de la sémantique ceci dit (quoique...). Si je fais référence aux coïncidences c'est uniquement sur base du fait que depuis que nos quelques résolutions fermes ont été prises dans l'attente tout aussi ferme d'ailleurs de leur mise en application concrète (Cf. les articles précédents de ce journal), certains éléments surprenants commencent à surgir (peu encore nous sommes bien d'accord, il ne s'agit pas du scoop du siècle, encore qu'il ne fasse que commencer donc pourquoi pas). Alors, coïncidences? Peut-être. Mais une chose est absolument certaine, c'est que RIEN n'est du au hasard!